Aline du Garreau

Aline du Garreau

Coach formatrice en neurosciences et entraîneur cérébral NeurOptimal®

Professionnels de la performance, découvrez l’entraînement du XXIe siècle !

Améliorer les performances à un haut niveau : athlètes, danseurs, cadres exécutifs, cet entraînement est pour vous !

performance neuroptimal neurofeedback ludivine lasnier
Après l’entraînement physique et mental, découvrez l’expérience de l’entraînement cérébral

L'entraînement le plus simple au monde

Avez-vous entendu parler de l’entraînement cérébral NeurOptimal® ? Cet entraînement pendant lequel… vous n’avez rien à faire ! Simplement vous détendre, vous relaxer.

Ne fuyez pas tout de suite ! Je présume que vous vous dites « sans effort, la victoire est sans saveur », ou « c’est la qualité de mes entraînements et du travail que je fournis qui fait la différence, pas de travail, pas de résultats ! », ou encore « où est la fierté à s’entraîner sans rien faire ? ». Et je vous rejoins en partie.

En partie seulement, car si vous vous entraînez et travaillez avec acharnement et détermination, mais que votre cerveau est fatigué et désorganisé, il va créer des connexions neuronales qui ne vous conviennent peut-être pas… voire qui peuvent vous mettre des bâtons dans les roues, dans les jambes ou juste là où ça vous empêcherait d’avancer.

Je m’explique : le cerveau contrôle tous les systèmes de notre corps. Du rythme cardiaque, à la respiration, en passant par la digestion, la libération d’hormones et tant d’autres choses qui nous permettent de fonctionner au quotidien.

Nous n’en avons pas conscience, et heureusement car cela nous permet de focaliser notre attention sur d’autres choses qui nous permettent d’évoluer, d’apprendre, comprendre, prendre des décisions, se dépasser, …

Que vous deviez vous dépasser physiquement, mentalement, intellectuellement ou émotionnellement, le fonctionnement de votre cerveau régule vos capacités. Il est au centre de toutes vos performances, un peu comme le moteur d’une voiture : s’il est encrassé, elle sera moins performante et peut même casser.

Les activités du cerveau

Notre cerveau est tout le temps en activité, c’est son fonctionnement normal.

C’est une structure très complexe qui fonctionne selon différents modes en fonction de nos activités.

  • Le mode sommeil qui comporte différentes phases
  • Le mode activité cognitive lorsque l’on réfléchit, analyse, élabore une stratégie
  • Le mode activité physique
  • Le mode appelé spontané, lorsque l’attention n’est pas orientée vers un but particulier, on ne fait rien de particulier, on est oisif, pensif. C’est le mode de fonctionnement de base du cerveau.

Le mode spontané ne veut pas dire qu’il ne se passe rien et qu’on fait le vide dans notre tête. Au contraire, c’est ce mode de base (et le mode sommeil) qui permettent au cerveau de se réguler, de traiter les informations captées et les émotions vécues tout au long de la journée, de faire le tri, bref, de se réguler naturellement.

Imaginez, un moteur auquel on demanderait d’être allumé en permanence, c’est la surchauffe assurée !

Un dysfonctionnement dans le mode spontané entraîne des dysfonctionnements dans les autres modes. A l’inverse, une meilleure régulation et un meilleur fonctionnement de ce mode de base entraîne une meilleure régulation et un meilleur fonctionnement des autres modes.

Une pensée est une construction du cerveau, elle n’est que passagère. Il est tout à fait normal d’être traversé par des pensées, c’est le mode de base du cerveau. Vouloir les arrêter est une action consciente et orientée, cela lui demande un effort. Il est préférable de ne pas lutter contre elles, mais plutôt accepter l’idée qu’elles viennent et repartent, laissant la place aux suivantes.

Il en est de même pour les émotions qui peuvent nous traverser.

Ce mode de pensées non orientées devient problématique lorsque ce sont les mêmes pensées négatives ou ruminations qui tournent en boucle… Cela empêche le cerveau d’être disponible pour accueillir ce qui arrive ici et maintenant.

Un cerveau optimal

Le cerveau humain est de plus en plus complexe. Au fil de l’évolution, il développe de nouvelles capacités de survie et d’adaptation.

Mais cela augmente aussi le risque de dysfonctionnements possibles.

Imaginez, vous décidez de monter un sommet de 7000m (la base, c’est la balade).

Au fur et à mesure de votre ascension, l’air se raréfie. Votre rythme cardiaque accélère ainsi que votre respiration pour apporter plus d’oxygène au cerveau…

Si vous êtes en forme mais que vous montez trop vite, c’est trop brutal pour votre organisme qui n’a pas le temps de s’adapter à ces changements : le cœur s’emballe, vous avez du mal à respirer, la tête qui tourne, la vue se trouble…

Lorsque vous redescendez ces paramètres reviennent à la normale.

Votre organisme s’adapte au fur et à mesure de l’évolution de l’environnement grâce à un puissant mécanisme de régulation : la température, le taux de sucre dans le sang, la pression artérielle, toutes ces constantes sont régulées automatiquement.

Dans leur variation, les constantes se situent toujours entre deux limites inférieure et supérieure, qui définissent la zone de bon fonctionnement (zone de viabilité car maintient notre survie).

Nous savons maintenant que notre cerveau se régule (c’est ce qu’on appelle la plasticité neuronale) et peut se réparer. Et un cerveau bien régulé, c’est un corps bien régulé.

Grâce à cette plasticité, on peut toujours garder espoir d’améliorer nos performances, qu’elles soient physiques ou cognitives. Mais bien au-delà, comme tout est lié et interdépendant dans le fonctionnement du corps, certaines améliorations moins tangibles sont notables : dans la capacité à gérer le stress et les émotions, avoir les idées claires…

La condition de l'amélioration de notre fonctionnement

Le cerveau peut se réguler uniquement s’il a la bonne information pour le faire.

Cette information, il ne la trouve pas dans son environnement, jamais. Pourtant, elle est précieuse pour lui permettre de se réguler naturellement.

Avant de vous dévoiler quelle information est nécessaire pour la régulation naturelle du cerveau, pensez à ceci : lorsque nous souhaitons nous améliorer, que faisons-nous ?

Dans tous les domaines, nous avons besoin de feedback, c’est-à-dire d’un retour d’information concernant ce que nous venons de faire. Dès que nous prenons conscience de ce que nous venons de faire, nous savons instantanément si nous avons « bien » fait ou si nous devons faire différemment pour atteindre ce que nous souhaitons.

C’est exactement pareil pour notre cerveau ! Il a besoin de feedback, d’informations qui lui permettent de savoir s’il fonctionne « bien » ou s’il doit changer de route pour mieux fonctionner.

Sauf qu’il n’a pas la possibilité d’avoir ce retour dans la vie de tous les jours.

C’est ce que permet l’entraînement cérébral NeurOptimal®. C’est comme si on mettait un miroir devant notre cerveau pour qu’il puisse observer comment il fonctionne. Cela lui permet alors de se corriger et de réguler son fonctionnement au besoin.

Le cerveau sait ce qu’il doit faire et comment organiser ses connexions lorsqu’il a la possibilité de voir comment il fonctionne. Il entreprend alors de s’auto-réguler pour votre plus grand bien !

Voir l’article « NeurOptimal neurofeedback, comment ça marche ? » pour plus de détails.

NeurOptimal® et performance

Le système NeurOptimal® :

  • Améliore la concentration, la mémoire, la visualisation, la confiance en soi et diminue la peur de l’échec
  • Améliore la coordination, l’agilité, la détente, la gestion du stress, la récupération et permet une augmentation des performances physiques, physiologiques, cognitives, comportementales
  • Favorise la cohésion de groupe et la communication au sein de l’équipe.

Ce sont des résultats possibles et déjà observés suite à des entraînements cérébraux et non exhaustifs.

Avec NeurOptimal®, VOUS pouvez faire la différence !

Origines du NeurOptimal® neurofeedback

Dr Val Brown, le créateur de la méthode dit « si on n’observait pas de changement avec cette méthode, alors la personne ne pourrait changer en rien, ce qui n’est pas possible, tout simplement ».

Voir l’article « Histoire de NeurOptimal® » pour plus d’informations.

Témoignages d'athlètes de haut niveau

Des athlètes sont déjà convaincus des bienfaits et de l’efficacité de la préparation mentale par NeurOptimal® : 

Stéphane TOURREAU

Vice-champion du Monde d’Apnée

Mars 2019

Le neurofeedback est un outil qui est ultra complet et ultra puissant. Quand on a un esprit qui cogite beaucoup, ça permet vraiment de recentrer les pensées et d'aller plus loin. C'est un ultra complément à la méditation, c'est un complément à son engagement, que ce soit au niveau de la nutrition, au niveau du sommeil, au niveau du bien-être. [...] ça a vraiment contribué pour moi, en tant qu'athlète, à affiner ce dont j'avais besoin pour aller plus loin.

Stéphane Tourreau

Ludivine LASNIER

3 fois championne du monde de kickboxing

Je suis boxeuse pro et J'ai découvert le Neurofeedback Dynamique il y a peu, c'est une grande et agréable surprise pour moi. Il m'aide à beaucoup de niveaux, tant dans les domaines personnel, santé, professionnel et sportif. je recommande vivement.

Ludivine Lasnier

Août 2019

performance neuroptimal neurofeedback ludivine lasnier

Catherine LUGAND

Championne amatrice de Wakesurf 

J’ai commencé le neurofeedback pendant la saison de wakesurf quand je préparais une grosse échéance. Je n’arrivais pas à sortir d’une spirale infernale : trop de stress en compétition qui me faisait enchaîner les contre-performances et la pression grandissante rendait les entraînements très compliqués, ce qui me faisait perdre en confiance en moi. Je savais que cela venait de mon mental, mais je n’arrivais pas à le contrer.
J’ai eu la chance d’essayer le neurofeedback. Le fait que cette méthode ne demande pas « d’effort » ni de remise en question m’a paru être un outil intéressant et complémentaire à la préparation mentale avec un coach.

Après 7 séances, le neurofeedback est devenu quelque chose de familier pour moi. Je ne sais jamais à l’avance ce qu’il va m’apporter précisément mais après chaque séance, mon coach de wakesurf remarque que je suis plus fluide, plus concentrée et que je gagne en confiance en moi. J’ai également remarqué que je suis plus lucide et organisée dans mon travail, mais surtout que je gagne beaucoup sur mon état général, je suis moins stressée, je dors mieux et donc je récupère plus vite.

Catherine LUGAND

Setembre 2019

Équipe de Squash d’Annecy

2019

Govert VIERGEVER

Rrameur de l’équipe olympique hollandaise

2017

D.T. MAX

Journaliste

Plusieurs athlètes ne jurent que par [le neurofeedback] et disent que cela améliore leur performance.
Parmi eux, la championne de tennis Mary Pierce et le skieur médaille d'or olympique Hermann Maier, sans parler des divers joueurs de l'équipe de football italienne vainqueur de la coupe du monde 2006 et l’équipe olympique canadienne de free ski aux Jeux d’hiver de 2010.
Le but du neurofeedback qui devient de plus en plus populaire pour les professionnels comme pour les amateurs est d'entraîner le cerveau de telle sorte qu'un athlète puisse rester concentré en compétition. […] sur tout le territoire américain, des athlètes ont discrètement entraîné leur cerveau [par le neurofeedback.
Presque aucun n'en parlera. J'ai demandé pourquoi au principal fabricant d'équipements. « Ils ne veulent pas que leurs concurrents sachent qu'ils le font » m'a répondu Larry Klein, le cofondateur de Thought Technology à Montréal. « Car ils s'y mettraient aussi et annuleraient leur avantage.

D.T. Max, Journaliste

Dominic O’BRIEN

Champion du Monde de Mémorisation

Je pense que toutes les compétitions nécessitent de la concentration. Des échecs aux compétitions de mémorisation et du golf au ball-trap, les champions de demain devront aiguiser leur esprit par le neurofeedback. Le sportif qui ignore cette technologie révolutionnaire sera dépassé.

Dominic O'Brien
Neurofeedback performance
Neurofeedback performance Jeux Olympiques

Richard FAULDS

Tireur britannique médaille d’Or aux jeux olympiques de Sydney (2000) 

Le neurofeedback est l'avenir des sports de compétition. Cela m'a aidé à me concentrer et à rester détendu malgré la pression.

Dominic O'Brien

Et vous ? Avez-vous entraîné votre cerveau aujourd'hui ?

Je suis curieuse de savoir quels changements peuvent opérer dans votre vie et comment VOUS allez faire une différence.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Plus d'articles

Nutrition

Maintenir votre bien-être en période de stress

Possimus et id nemo! Amet viverra fugit aliqua? Minim doloremque, anim ex! Iusto. Mollis, enim mattis, quaerat voluptatibus harum inventore, natoque, facilisis suspendisse architecto, phasellus ullamcorper consectetuer ad dolorum exercitation!

Lire Plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Retour haut de page

1 mois pour devenir le parent que vous avez toujours voulu être : décryptez les comportements de vos enfants et intervenez avec fermeté et bienveillance.

Jours
Heures
Minutes
Secondes